7. Nulle île n’est une île

Samedi 6 juillet

Accrochage conçu par Leonor Antunes, Julien Prévieux et Marie Voignier – Pièce sonore de Julien Prévieux – Intervention contée de Thierry Payet – Performances d’Antoine Dufeu, Patrick Corillon.

A7_carte

26 – Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Paris – Apartés, un accrochage conçu par Leonor Antunes, Julien Prévieux et Marie Voignier

10 – École municiaple des beaux-arts / galerie Édouard Manet, Gennevilliers Julien Prévieux, L’huissier et Adrien Missika, Thépra

29 – Synesthésie, Saint-Denis – Escale en compagnie de Thierry Payet

18 – Les Laboratoires d’Aubervilliers, Aubervilliers – Degrés 48, performances d’Antoine Dufeu, Patrick Corillon

Rendez-vous et parcours de Paris vers Aubervilliers

• 10h : Rdv au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris pour la présentation d’Apartés, conçu par Leonor Antunes, Julien Prévieux et Marie Voignier.

Métro ligne 9, Alma-Marceau – Miromesnil, puis ligne 13 terminus Les Courtilles-Asnières-Gennevilliers, T1 direction Noisy-le-Sec. Arrêt Le Village.

• 12h30 : Rdv à l’École municipale des beaux-arts / galerie Édouard Manet. Accueil avec L’huissier, pièce sonore de Julien Prévieux puis visite de l’exposition personnelle d’Adrien Missika, Téphra. T1 Arrêt à Basilique de Saint-Denis.

• 15h30 : Rdv sur le quai du Tram T1 pour rejoindre la pop-up gallery de Synesthésie en compagnie de Thierry Payet.

Métro ligne 13 Châtillon arrêt Porte de Paris puis Bus 170 direction Porte des Lilas, arrêt Quatre Chemins-République.

• 19h : Rdv aux Laboratoires d’Aubervilliers pour une soirée de performances dans le cadre de Degré 48.

L’archipel est cette année le maître-mot d’Hospitalités. Si cette notion évoque un territoire fragmenté, elle traduit aussi la proximité des divers îlots qui le composent, les connexions qui les relient, qu’il s’agisse de moyens de transport, de circulation des artistes et des publics, ou encore, d’une histoire et d’une culture commune.

Ce parcours polymorphe permet de naviguer d’un lieu institutionnel, représentant le continent, vers des lieux expérimentaux, faisant figure d’îles. Cette déambulation offre la possibilité d’appréhender l’art contemporain sous la diversité de ses formes et de ses démarches : passer d’une approche expérimentale de la collection du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, à l’exposition d’un jeune artiste à la galerie Édouard Manet, puis, grâce à l’extension du Tram T1, de découvrir une galerie éphémère ouverte par Synesthésie au coeur de l’urbain pour terminer avec une soirée de lectures et performances, autour de Manifestes contemporains, aux Laboratoires d’Aubervilliers

À 10h, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, présentation d’Apartés, un accrochage dans les collections permanentes conçu par Leonor Antunes, Julien Prévieux et Marie Voignier. Les artistes proposent une visite de leurs accrochages croisant les lectures des oeuvres sélectionnées et commentent L’inventaire des oeuvres absentes, une projection inédite narrant une « impossible exposition » qui fera l’objet d’un manifeste en lien avec les recherches en cours aux Laboratoires d’Aubervilliers. Cette présentation est un moment d’échange sur les coulisses d’une collection, la complexité de sa gestion et le processus d’exposition.

En lien avec le Musée, la galerie Édouard Manet accueille le public avec L’huissier, 2011, pièce sonore, drôle et déroutante, de Julien Prévieux. Est aussi présentée Téphra, première exposition personnelle en Île-de-France, d’Adrien Missika qui, en 2011, a reçu le prix pour l’art contemporain de la Fondation d’entreprise Ricard. Elle regroupe une vidéo inédite tournée sur l’Île de La Réunion et un ensemble de pièces récentes.

Ensuite Synesthésie et sa galerie éphémère invite à une escale insolite à Saint-Denis-Basilique en compagnie de Thierry Payet. Une série de cartographies mémorielles et contées permettent de se projeter dans le quartier de Franc Moisin / Bel Air situé sur le trajet du bus 170 qui emporte le groupe vers Les Laboratoires d’Aubervilliers pour une soirée de performances avec Antoine Dufeu, écrivain et Patrick Corillon, plasticien.

Cette soirée est proposée dans le cadre du projet Degrés 48 autour du Manifeste contemporain initié par l’écrivain Daniel Foucard en résidence aux Laboratoires. Parallèlement, le collectif de graphistes G.U.I édite chaque soir une publication reprenant en direct les matériaux manifestes proposés par les intervenants. Ces éditions sont distribuées le soir même au public et plus tard dans l’espace public à la manière des tracts manifestes.

IMG_5464IMG_5471IMG_5482IMG_5498IMG_5504IMG_5509IMG_5510

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :